Innovation & Entreprise : le syndrome de la cours de récré !

Ampoule avec de la fumée et une cassureInnovation ne fonctionnant pas

Innover c’est prendre des risques et l’ambiance de travail est donc cruciale. Et si la mauvaise ambiance au travail venait des employés et non pas du management ? Nous connaissions tous l’histoire du petit chef. Le projet TWAIN expose une autre source de stress qui touche au moins une personne sur 3 !

 D’après l’Observatoire de la santé psychologique au travail, entre 2013 et 2017, en France, on a identifié qu’« être en contact avec des gens impolis » et « avoir des personnes au travail qui prennent plaisir à me faire souffrir » sont des situations qui touchent 35 % des individus, ce qui génère un stress considérable. Plus d’une personne sur 3 ose donc reconnaître qu’elle est en souffrance au travail du fait de ces comportements.


Ce type d’action, impolie et impertinente, est ce que l’on appelle, en économie comportementale, un comportement de punition antisociale. (…)

Ceci arrive d’autant plus que le punisseur est lui-même un passager clandestin, c’est-à-dire une personne qui ne contribue pas, mais bénéficie du bien commun.


Nous avons également observé ce type de comportement dans les travaux liés au projet TWAIN : lors de l’exécution de tâches, nous avons remarqué que certains individus entreprenaient des actions qui empêchaient spécifiquement les individus performants de travailler.


https://theconversation.com/lincompetence-professionnelle-et-sociale-premiere-cause-dune-mauvaise-ambiance-de-travail-114772

Certains en reproduisent donc ce comportement connu à l’école où être premier de la classe est une justification du harcèlement scolaire pour 33% des jeunes (Cf. page 11). Et si à l’école c’est la personne harcelée qui est la principale victime, c’est l’entreprise elle-même qui va être la première victime d’un tel comportement. L’article n’adresse pas cette dimension. Toutefois il est certain que ce genre de comportement va pousser au présentéisme et restreindre le degré d’innovation. De fait, l’innovation de rupture nécessite des qualités et une tournure d’esprit qui vont mettre en difficulté les « passagers clandestins »1.

La réussite par l’approche KAN

Les études sur lesquelles s’appuient l’article démontrent que la réussite d’une entreprise passe par la conjugaison de talents vrais. Il est important que chacun connaisse la valeur de ses talents afin de ne pas être jaloux de ceux des autres ce qui l’amènerait à devenir un passager clandestin. C’est pour cela que nous avons créé les I(nit)KAN qui permettent non seulement de mûrir les idées et les talents, mais aussi de les conjuguer harmonieusement.


1 Passagers clandestins sont les collaborateurs et/ou managers qui savent ne pas avoir les compétences requises pour leurs missions. Il est à noter qu’il est peu important que ce savoir soit une croyance ou la réalité. Le comportement du passager clandestin reste le même. Il est toutefois moins douloureux pour les RH de corriger la situation s’il s’agit d’une croyance


Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *